Blog

6 CLES POUR EVITER D’ETRE SUBMERGE(E) PAR VOS EMOTIONS ET REUSSIR A LES APPRIVOISER

01 Janvi 2016 Astuces

Apprivoiser vos émotions et apprendre à les transformer est peut-être le plus grand défi que vous ayez à relever lorsque vous êtes seuls face à vous-mêmes, au travail, en famille ou avec vos amis. Vous libérer de vos schémas, pour réussir à être plus heureux le plus souvent possible…
 

  1. Arrêter de penser que vous devez être heureux à tous prix tout le temps :
    La recherche du bonheur est une notion très importante dans notre société. À un tel point que lorsque vous ressentez des émotions négatives, vous pensez parfois qu’il y a quelque chose qui cloche chez vous, que ce n’est pas normal de ne pas être bien en permanence. Il y a une certaine pression qui vous pousse à vouloir rentrer dans la norme des gens heureux. Le problème, c’est qu’en réalité, le bonheur n’est pas un état permanent : c’est une émotion qui transite, qui va et vient, comme toutes les autres (tristesse, peur, colère, honte, etc.).
     
  2. Refouler vos émotions ne fonctionne qu’à court terme :
    Il y a plusieurs solutions pour réprimer ou masquer des sentiments négatifs, et leur efficacité dépend de l’expérience de vie de chacun : toujours avoir de quoi s’occuper pour éviter de se retrouver face à soi-même, manger à outrance pour remplir le vide, boire de l’alcool pour apaiser les tourments et se donner l’illusion de la gaieté , regarder la télévision ou faire du sport à outrance, fumer jusqu’à perdre la sensation du goût et le souffle, prendre de la drogue pour échapper au quotidien trop fade ou à l’image trop rebutante que vous avez de vous-même, s’obliger tous les jours à une discipline drastique pour avoir l’impression de contrôle absolu sur soi-même, prendre des médicaments pendant des mois, des années comme « pansements ou béquilles » ou encore fuir, refouler ses sensations, essayer de ne pas y penser, ou encore ne pas faire confiance à ses ressentis.
    Ces différentes techniques (et il en existe d’autres) fonctionnent, oui. Mais pour un temps. Au bout d’un moment, la nouveauté de la technique s’estompe et le vague-à-l’âme revient. Ça ne suffit pas !...
     
  3. Et vous pensez que ces solutions ne fonctionnent que chez les autres…
    Nous avons souvent une fâcheuse tendance à nous comparer aux autres. Ainsi, si des méthodes pour venir à bout de vos ressentis désagréables semblent fonctionner sur les autres,
    il faut que vous les essayiez vous-mêmes pour voir si elles marchent également.
    Et bien sûr prendre le risque, une fois de plus, de se penser hors de la norme si ça ne fonctionne pas…
     
  4. Vous êtes conçus pour trouver des solutions :
    Pensez-y : nos ancêtres n’avaient qu’une raison d’être, rester en vie. Ainsi leurs cerveaux se sont développés pour trouver les moyens de survivre : découvrir le feu, esquiver une attaque d’animaux sauvages très dangereux, etc.
    Même aujourd’hui, vous êtes pour ainsi dire « programmés » pour trouver des solutions à ce mal-être qui vous touche parfois, votre corps aussi a tout ce qu’il faut en lui pour se régénérer. Alors qu’est ce qui bloque ce processus naturel, qu’est ce qui vous  empêche de vous rééquilibrer?
     
  5. Réaliser que vouloir  contrôler vos émotions est voué à l’échec !
    Prenons quelques exemples extrêmes: si quelqu’un vous demandait tout d’un coup de faire en sorte d’engourdir une partie de votre bras rien qu’avec la force de votre pensée, y arriveriez-vous ?
    Si, dans une situation où vous êtes pris en otage par un forcené et que celui-ci vous promet de vous libérer si vous réussissez à passer l’épreuve du détecteur de mensonges, arriveriez-vous à faire disparaître toute trace de nervosité et à rester calme comme si la situation était banale ?
    Ou encore, si quelqu’un vous promettait de faire de vous un multimilliardaire à la seule condition de tomber sincèrement et immédiatement amoureux de la personne qu’il vous désignera, seriez-vous capable de tomber amoureux à la demande ? Encore plus si la personne désignée ne s’est pas lavée depuis au moins trois semaines, pour des raisons X ou Y.
    Si cela vous paraît impossible, c’est normal : c’est bien la preuve qu’il est difficile, voire non souhaitable d’arriver à maîtriser son ressenti, ses émotions.
     
  6. Apprivoiser, accepter ce qui est et lâcher prise :
    Des études ont démontré que plus vous pensez à ces émotions, ou plus vous tentez de les réprimer, plus elles vous obsèdent et prennent de l’ampleur.

    Apprendre à reconnaitre ses émotions est très utile : s’interroger pour comprendre si elles sont dues à une réalité objective (ex :je suis entouré(e) de gens malsains et je me sens en danger) ou si elles sont liées à une résurgence d’autres émotions plus anciennes de notre enfance et que nous pouvons les désamorcer en remontant à leur origine (ex : quand je suis seul(e), je me sens en insécurité).

    Accepter le fait que ces émotions font partie de vous-mêmes, qu’elles sont la plupart du temps passagères, tout comme le besoin de bonheur que nous recherchons tous, vous aide à penser à autre chose, à libérer votre esprit et votre corps, du coup moins parasité.
    Lâcher prise avec ces émotions qu’il est normal de ressentir mais dont vous avez conscience qu’elles sont destructrices si vous ressassez toujours les mêmes idées négatives et toxiques.

 

Face à vos émotions, qui êtes-vous ? Plutôt du genre à faire face à vos émotions coûte que coûte, ou préférez-vous les mettre dans un coin ou encore les ressassez-vous sans fin ?
Apprenez à apprivoiser vos émotions et continuez d’avancer dans la direction que vous voulez !
Cette petite phrase peut vous y aider : « Malgré la peur de…, la tristesse…, la colère …que je ressens, je peux avancer vers le projet, le but que je me suis fixé »… ou prenez rendez vous avec SELF-CENTERING !